Bienvenue 

  

(Voir le programme.)

Située au sud de Charleroi, l'entité de Ham-sur-Heure/Nalinnes compte aujourd'hui 13.500 habitants si l'on tient compte des anciennes communes qui la composent et que sont Cour-sur-Heure, Ham-sur-Heure, Jamioulx, Marbaix-la-Tour et Nalinnes.
Cette bourgade rurale cultive les traditions du terroir. Comme la plupart des villages de la région, Ham-sur-Heure subit encore aujourd'hui les influences françaises, notamment sur le plan de ses traditions folkloriques.

Suite à l'invasion française de 1636, la peste s'installa dans nos contrées. Saint-Roch fut alors invoqué par les Hamois pour éradiquer la contagion, et une chapelle lui fut dédiée dès 1638.
Sur l'initiative de Franciscains, une procession purement religieuse et une confrérie virent le jour en 1640. Le 16 août étant le jour officiel de la fête du saint, il fut décidé que la procession de Saint-Roch aurait lieu chaque dimanche qui suit le 15 août.   (Voir l'historique.)

Il reste avant le transfert de Saint-Roch !

Le départ de la procession a lieu le dimanche à midi et la rentrée dans la cour d’honneur du château vers 17h15. De plus, le samedi, le dimanche, le lundi et le mardi, des groupes de marcheurs et de tambours sillonnent le village sans relâche.
Une des particularités de ces festivités est sa séculaire marche aux flambeaux qui se déroule les trois jours de la fête à partir de 21h00 ; Cette retraite se termine par une offrande à saint Roch en sa chapelle.
Largement copiée à l’extérieur à partir des années 1970, elle parcourait déjà les rues d’Ham-sur-Heure avant 1914.   (Voir le programme.)

   

Les différents pelotons escortant saint Roch s'inspirent des corps d'armée de l'Empire. Ils ont pour noms Garde d'honneur, sapeurs, voltigeurs, grenadiers ou flanqueurs et tous marchent au rythme de la batterie composée de fifres et de tambours.

Depuis 1638, année après année, les Bourquîs (surnom des habitants d'Ham-sur-Heure) reproduisent fidèlement ce que leurs aïeux leur ont transmis de génération en génération et s'efforcent à perpétuer ce patrimoine culturel et folklorique qui conditionne la vie du village et de ses habitants. Car la marche Saint-Roch dépasse largement le cadre religieux de la procession en tant que tel. Elle constitue un événement bien plus large où les acteurs y puisent des valeurs de fraternité, de sociabilité, de solidarité à nulle autre pareille ; un événement où la liesse populaire prend soin de gommer, le temps de la fête, les différentes classes sociales sans pour autant respecter l'essentiel : défendre les valeurs et traditions d'un patrimoine culturel et folklorique.

Le 12 mai 2004, à Mons, La Procession et Marche Militaire Saint-Roch d'Ham-sur-Heure a été proclamée "Chef-d'œuvre du Patrimoine oral et immatériel de la Communauté française".   Lire la suite...

Le 5 décembre 2012, à Paris, Le phénomène des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse sont admises au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.   Lire la suite...

Infos

> Ajouter ce site à mes Favoris...

> Devenir membre d'Honneur.

> Cliquez sur les photos pour les agrandir.


Boutique

> Oriflammes.

> DVD du 375ème anniversaire.

> T-shirt de la marche.

> Flambeaux pour les retraites.

Top

 Historique 

  

Introduction

1635 : La France veut annexer nos provinces par la force. Ses armées sèment la violence et la misère partout sur leur passage. En 1636, elles assiègent la place-forte de Beaumont, à une quinzaine de kilomètres d’Ham-sur-Heure, et occupent les villages environnants. Beaumont résiste. Mais les conditions de vie épouvantables de la population fournissent un terrain propice au développement des maladies. Parmi celle-ci : la peste. En 10 mois, un tiers de la population de la ville périt. En 1637, fuyant l’épidémie et les exactions des troupes françaises, une partie des habitants des campagnes s’enfuient. Certains trouvent refuge à Ham-sur-Heure, en principauté de Liège. Malheureusement, ils amènent avec eux la terrible maladie et, à sa suite à partir du mois d’août 1637, la mort.

Les prières s’élèvent alors vers saint Roch, invoqué contre les maladies contagieuses. Une chapelle en son honneur, à l’usage des religieux franciscains récollets, était en construction depuis 1636. Celle-ci se termine en 1638. Une confrérie et une procession annuelle purement religieuse en l’honneur de saint Roch voit le jour en 1640, à l’initiative des franciscains. Le manque d’archives jusqu’au XIXème siècle nous empêche de suivre avec précision leur évolution.

Depuis l’antiquité, des gardes d’honneur en armes accompagnaient certains cortèges religieux. La procession de Saint-Roch, le dimanche suivant le 15 août (le 16 étant le jour de la fête officielle du saint), s’intégra peu à peu dans cette longue tradition. A quelle époque ? Impossible de le dire. A la recherche de leurs racines à la fin du XIXème siècle, les Bourquîs (habitants du centre d’Ham-sur-Heure) adoptèrent comme date de naissance de leur marche, l’année 1638 inscrite sur la façade de la chapelle.

La première mention officielle moderne de cette marche date de 1863 : tous les ingrédients de la fête actuelle s’y trouvent : trois jours de fêtes et la présence de compagnies de marcheurs costumés et armés, locaux et étrangers au village. Folklore et religion s’y côtoient, leur importance respective variant en fonction des circonstances et de l’évolution des mentalités.

N.B. :

  1. Lorsqu’il est question de l’homme, seul le prénom est un nom propre et on écrit : « saint Roch ».
  2. Lorsqu’il est question de la chapelle, ou de la marche, l’ensemble forme un nom propre et on écrit : « Saint-Roch ».

La Chapelle Saint-Roch  Lire la suite...

Ce qu’il faut voir à Ham-sur-Heure

=> L'Eglise Saint-Martin  Lire la suite...

=> Le Château  Lire la suite...

=> La Stèle dédiée à la mémoire des marcheurs  Lire la suite...

Top

© ASBL Procession et Marche Militaire Saint-Roch de Ham-sur-Heure
Dernière modification du site: 2015-06-24 13:20:00